Archives pour la catégorie Salle

Test réussi du liquide vaisselle maison

liquide vaiselle maison
Liquide vaisselle maison

 

Bonjour,

Faire certains produits ménagers soi-même est facile le plus souvent, mais encore faut-il trouve LA recette qui VOUS convienne dans toutes celles proposées sur la toile.
Après avoir testé plusieurs mélange, j’ai adopté celle-ci depuis le début de l’année donc je partage avec vous.

Recette du liquide vaisselle

Temps de préparation: très rapide .

Prévoir une bouteille d’un litre : je recycle une bouteille de vin et son bouchon en liège pour la stocker et ai recyclé un ancien flacon de produit vaiselle pour l’usage quotidien en attendant de trouver un distributeur en verre.  Un entonnoir peut d’avérer utile.

Pour un litre de liquide vaiselle, mélanger dans un récipient genre petit saladier :

  • 4 cuillerée à soupe de savon noir
  • 3 cuillerées à soupe de bicarbonate de soude

Vider le mélange dans la bouteille et ajouter alors

  • 20 gouttes d’huile essentielles : je mets celle de tea-tree pour ses propriétés désinfectantes. (s’informer des précautions d’emploi des huiles essentielles- clic). L’ajout d’huile essentielle n’est pas obligatoire.
  • Compléter d’eau pour obtenir un litre de produit

Précisions : Bien que j’utilise mon mélange au quotidien, je n’ai pas supprimé le liquide vaisselle du commerce totalement, car sur des graisses comme celles du confit de canard, ce n’est pas aussi performant que mon liquide vaiselle habituel (mais autant que certains vendu dans le commerce !!). Dans ce cas, je pourrais utiliser en plus les cristaux de soude, qui marche bien, remarquez ! On ajoute un CS de cristaux de soude dans l’eau de lavage des plats très gras. 

Avantages du liquide vaiselle maison : Facile, écologique, économique (ma boite de savon noir mou me fait plusieurs années et sachez que souvent le bicarbonate de soude est moins cher en pharmacie – et oui !!). C’est aussi moins déchets. ( et une bouteille plastique en moins régulièrement dans la poubelle jaune)

LIENS UTILES : Le grand ménage de Raffa : THE reference en terme de ménage écolo  et ceci est le lien direct sur le livret téléchargeable. ZERO DECHET : Des miettes dans mon clavier s’est lancé dans le défi.

 Si vous testez à votre tour, ce serait sympa de venir poster votre expérience en commentaire.
vaiselle Bonne journée !

IMPRESSION : Tant que vous n’êtes pas habituée je précise  de nouveau que vous pouvez imprimer la recette en choisissant le contenu imprimé (par exemple en supprimant mon blabla et les photos) en cliquant sur l’icône « imprimante » en bas de l’article.

 

 

En route vers… moins de déchet

ZERO DECHETS

ZERO WASTE

Vous en avez entendu parler.
Ce n’est pas mon fort de faire des résumés.
Vous trouverez moult informations et temoignages sur le net en quelques surfs.
Éviter le gaspillage, les gens de mon « Grand-t-Age » 🙂  , avons été élevé ainsi, mais peut-etre nous sommes nous bien laissé aller au fil des années et de la consommation facile. Il est sur que cette tendance me motive à faire bien plus attention.

Ce n’est pas une démarche en soi, le zéro déchet, pour moi il est intégré dans une façon de vivre. Pour comprendre peut-être mieux le contexte dans lequel je le vis, vous pourrez lire l’article « Simplicité Volontaire sans le savoir? »

Le but des cet article (ou de cette série d’articles) est triple : répondre aux questions des copines, me motiver à aller plus loin dans ma démarche et aussi me positionner : pas d’extrémisme, ni d’engagement prioritaire, mais une attention sereine au quotidien est mon but.

REVENONS A MES MOUTONS : Zero Déchet –

Dans l’ordre : Refuse, Réduit, Réutilise, Recycle, Composte

En concret, où en suis-je de cette démarche ? et vous ?

  • Je sors encore une poubelle de déchets divers chaque semaine (entre 30 et 50 litres) et une poubelle jaune toutes les deux semaines malgré mon compost. J’apprends à bien compacter, plier le recyclable.
  • Dans cette maison-ci, il y avait déjà notre compost, nous continuons, bien sûr!
  • Je n’ai pas encore oser apporter mon bocal chez mon boucher. Ni dans mon petit supermarché. Les sachets en tissus, j’y viens doucettement, mais c’est plus facile, ici, à Angoulême où des ventes en vrac son plus importantes que où j’habitais en Région Parisienne. Le marché ou les achats directs sont dans mes habitudes depuis longtemps et faciles ici, apporter nos sacs est « dans les mœurs ».
  • Je sors encore une poubelle de déchets divers chaque semaine (pas encore eu le reflexe de peser), une poubelle jaune toutes les deux semaines (j’ai appris à bien plier les choses à mettre dedans)  malgré mon compost.J’apprends à bien compacter, plier le recyclable.

Mais AVANCER VERS LE ZÉRO DÉCHET  ne veut pas dire se débarrasser de sa poubelle et remplir son recyclage.

Et mon passage en RP m’a démontré que les démarches de bases ne sont pas appliquées par toutes les familles. Du verre, des piles, des ampoules dans les poubelles noires sont légions. Dans l’immeuble de 6 familles que nous habitions, c’etait catastrophique. L’excuse : « pas de temps » ou « de toutes façons, c’est de l’illusion pour se donner bonne conscience, cela ne sert à rien »

Porter les piles, batteries, appareils électriques, ampoules,verres, aux points de recyclages, je suis sure que vous, lectrices, lecteurs de ce blog, vous le faite. Nous le faisons.

Comment allez plus loin ?

Moins de plastique dans nos placards, nos poubelles, nos maisons.

Cela fait vraiment des années que j’évitais les petits sacs plastiques, au point ou une fois il y a plus de 10 ans, une amie de ma fille était totalement incrédule quand nous lui avons assuré que nous n’avions pas une seule « poche » plastique (on dit « poche », « pochon » par chez nous) pour lui emballer quelque chose. C’est à ce genre d’anecdote qu’on mesure le chemin fait dans les mentalités.

Les contenants plastiques  de stockage:
Mes « tupperware » et autres du genre ont été divisés par 3 au moins grâce à deux déménagements, à une participation active au sein d’un réseau d’Échange Local (SEL) et à des brocantes où ils sont partis pour une autre vie.<br>Je ne « jette » pas ce qui peut servir.
Je suis donc loin du Zéro Plastique.
Les bocaux sont mon moyens de stocker, surtout que mon mari consomme beaucoup d’un café qui a un bocal bien résistants aux insectes des placards

DSC00492 Et j’ai opté pour cela pour le stockage au refrigérateur et les repas à emporter :

boites hermetiqet les bocaux dit « de conserves » ont repis un usage élargi :

DSC00610 ici, gardien de mes « gateaux rustiques » super bons

Les contenants en plastiques des courses:

J’ai toujours cuisiné, donc peu d’emballage de plats tout prêts mais des boites de conserves (legumes, légumineuses au naturel, poisson, tomates) qui vont dans les sacs jaunes.
Les sacs plastique, que je n’arrive pas encore à toujours refuser surtout au marché, je les « recycle » souvent plusieurs fois ou les garde pour faire un bricolage  comme celui-ci :

pochette en plastique fonduFait à partir de sacs plastiques fondu sous le fer à repasser : vois l’article ici sur l’ancien blog (clic)

Refusé le plastique  dont on emballe les vêtements au pressing : cela a surpris, mais pas de souci. Bon, il n’y a que les costumes de mon mari que j’emmene là-bas et comme désormais il travaille à la maison, ce ne sera pas important.

Je prends dans la mesure du possible mes légumes en vrac ou chez le producteur, sur les marché et prochainement à la Ruche Qui Dit Oui de Angoulême, doc j’évite le plastique le plus souvent pour les légumes.

J’ai encore beaucoup de chemin à faire…
Mes yaourts maison au lait de vache ne plaisent pas à LHommeDeMaVie et je n’ai pas encore trouver la bonne recette pour faire mes yaourts végétaux.

Et quand on en prend conscience, il y a du plastique partout : les caisses de rangements, les robots divers, les brosses à dents et à autre chose , les stylos…

UTILISER LE VÉLO OU LA MARCHE À PIED, LES TRANSPORTS EN COMMUN

J’ai de nouvelles habitudes à reprendre en province, où je saute facilement dans la voiture.
Le bus, ici, c’est facile : j’ai deux arrêts près de chez moi et ils passent souvent et comme les frais de stationnement sont chers, le prix du billet est vite amorti. Rien à voir avec le 95 !!
Mon vélo s’ennuie au garage, il va falloir reprendre l’habitude de l’enfourcher, surtout qu’il est électrique : ma  flemme fatigue n’est pas une excuse !

Je peux sérieusement mieux faire sur ce coup là !

RÉUTILISER ce que l’on consomme et ce que nous n’avons pas pu ou su éviter.

Cela, c’est le coté que j’aime ! Mais il y a des limites, il faut stocker et/ou utiliser et là LHommeDeMaVie pose ses limites.

Mes derniers recyclages : cartons, conserves, bocaux du café lyophilisé. Pour ces derniers, je suis équipée et je les garde désormais pour des personnes du SEL (Système d’échange local) qui en ont besoin.

Les cartons du déménagement m’ont beaucoup servis ces derniers temps car j’ai opté pour de nombreuses façons de ranger selon la « méthode KONMARIE » (mais je vous en reparlerais !) et aussi pour aménagé mo atelier (photo de mon atelier enfin opérationnel depuis hier pour bientôt, promis !)

Les rouleaux cartons au centre des papiers toilettes sont donnés à des écoles afin qu’ils servent à des bricolages. Pour la pêche aux idées de recyclage de ces tubes de carton, rien de mieux que Pinterest : regardez ici

Pour les vetements , chaussures…

Depuis mon jeune age adultes, je suis adepte des « chine », du second main, d’Emmaüs et autre, tant pour les vetements que pour les meubles et la vaiselle. Mon changement de taille il y a plus de un an m’a permis de maîtriser le contenu de mon armoire. J’achète peu. Et mon mari a vraiment une garde robe minimaliste.

De toutes façon, je n’ai jamais aimé le « shopping » et le passage en RP m’en a dégoutté à jamais!
Pour les chaussures, depuis que j’ai découvert les docs, je ne les quitte plus de la mauvaise saison, même en jupe. version bottes hautes et zippées.
L’été : des claquettes belles et tout terrains et une paire « habillée » au cas où …

Voili, voila mon bilan en cette fin octobre 2015 :

BREF : en ce qui me concerne, c’est  » peut mieux faire sur beaucoup de points » mais je n’en suis pas encore au stade de la pesée de mes sacs de détritus ou de mon compost.

Certaines se sont courageusement lancées dans le « DEFI ZERO DECHET » : DES MIETTES DANS MON CLAVIER (clic) CHACHOU MINIMALISTE (clic)

ET VOUS, OÙ EN ÊTES VOUS ?

Edit du 25 octobre : A la suite de cet article, Cappucinette a fait son bilan elle aussi clic ici pour le lire.
A la lecture de son article, je peux ajouter que j’utilise aussi des disques démaquillants maison (mais du coton encore pour les yeux) et je n’ai jamais eu beaucoup de produits de beauté, ni de maquillage, donc pas trop de souci dans le domaine. Nous n’avons jamais utilisé de gel de douche sauf en piscine, mon mari et moi, nous sommes adepte du savon. Je fais mon dentifrice  (recette à venir) mais ai encore du dentifrice du commerce.

 

 

 

Side Ways : exposition et projection en Charente

pub-sidewaysBonjour,

Il y a l’Exposition des photos d’épisodes de Side Ways , celles qui participaient au Festival BarrObjectif 2015, au CSCS du Gond-Pontouvre du 17 octobre au 7 novembre et une projection ce vendredi soir 23 octobre 2015 à 20H30. Hélène et Benoît ne seront pas présent, mais de mon mieu,  je répondrais avec plaisir aux questions.

Si vous avez suivi l’ancien MiaouZday’S vous connaissez Side-Ways.
Sinon, en quelques mots :
Hélène et Benoit dans la camion SideWays,  « Enquête d’un autre monde », réalisent des épisodes multimédia sur les alternatives de vie et de travail partout en Europe. Basé sur l’économie du don, tous les contenus de la web-série sont sous licence Creative Commons (librement téléchargeables et réutilisables). Sur la route entre deux tournages, nous nous arrêtons dans les villes et villages pour organiser des projections-débats et des ateliers d’échanges de savoirs. Plus d’info sur www.side-ways.net

Sur leur site, vous pourrez visionner et partager les vidéos inspirantes, libre de droit et n’oublier pas de regarder aussi avec chaque épisode, le web magazine qui s’y rapporte et le complète avec bonheur.

A tres bientot sur MiaouZday’s !

 

 

Pourquoi cette rubrique: organisation?

Pourquoi cette rubrique: organisation?
Emploi du temps de la femme avec enfants par Isa Miaou
Emploi du temps de la femme avec enfants

Je pense que, plus particulierement, nous, les femmes, nous sommes en mode « multitâches » la plupart du temps et que nous sommes nombreuses à vouloir remplir nos divers rôles du mieux possible, sans y laisser notre santé et notre cerveau et dégager du temps pour ce qui nous importe dans la Vie.

Mon histoire personnelle fait que je me suis plongée dès mes 14 ans dans les Manuels d’Éducation Ménagères du début du 20 eme siècle. Manuels que je collectionne depuis lors. L’organisation du travail de la ménagère exposée dans ces livres me fascinait. Mais peut-être pas dans l’esprit que les auteurs auraient attendus !

Optimiser son temps de « travail obligatoire » pour se consacrer à ce qui importe le plus : voila ce qui m’a plut.

Je suis une de ces personnes qui passent d’un sujet à l’autre en un quart de seconde, une « dispersée », une touche à tout, une curieuse et, on peut le dire une dilettante. J’ai considéré cela comme de gros défaut jusqu’au jour où j’ai accepté d’être ainsi et décidé que je pouvais avancer positivement avec ma façon d’être.

Ce qui ne veut pas dire que je ne cherche pas à m’améliorer , bien au contraire. Accepter ce qui est permet justement de progresser. La Pleine Conscience, la volonté d’avancer vers plus de Calme, de Sérénité et d’Harmonie me motive.

Je voudrais recenser ici les titres de livres que j’ai lu sur le sujet et aussi partager mes avancées sur le plan de mon organisation personnelle.

UNE BD POUR SOURIRE

A bientôt,

Prenez soin de vous.

IsabelleMiaou

** Messieurs qui lisez, ne vous sentez pas exclut de mon propos : je pense juste que peu des messieurs lisent ce blog. Soyez les bienvenus dans mon univers !

 

La Simplicité Volontaire sans le savoir ?

C’est pour vous compreniez le sens de certains articles qui paraissent desormais dans MiaouZdays, je vous poste quelques partie d’un article rédigé début 2013  qui est posté sur la site SIMPLICITÉ VOLONTAIRE auquel j’appartiens depuis 2007. (j’habitais alors en région parisienne)

La simplicité volontaire sans le savoir ?

Mon mari et moi cohabitons depuis 34 ans en mai . (article écrit en 2013)
Je pense que nous avions une façon de penser qui nous a amenée, même avec 2 salaires au début, à faire les choses simplement : recycler, récupérer a toujours été une évidence, mais pour l’utiliser rapidement, pas style « brocante à la maison » mais j’ai besoin , alors comment trouver et utiliser ce qui nous avons déjà ?
Des le départ , donc pas le réflexe : j’ai besoin = magasin.
Pour faire l’inventaire ci dessous, je me suis inspiré des articles bilans publiés dans la section « blog » d’ici (il s’agissait des articles « blog » du site  » simplicité volontaire »), car ce n’est pas étiqueté dans ma tête «  démarche de simplicité volontaire ».
Je pense que nous avions énormément besoin de « cohérence » avec nos idées, nous avons toujours voulu être en adéquation avec nous -même.

* Meubles : Meublé « en Emmaüs » depuis toujours, le reste des meubles a été de la récupération au décès de ma grand-mère des meubles par forcement à notre goût, mais j’ai connu la main qui les a façonnés.
Notre premier canapé : deux fauteuils de voiture se faisant face avec dessus un sommier de lit d’enfant, le tout recouvert d’un tissu lourd du marché qui nous a accompagné des dizaines d’année en fonctions diverses.
Les caisses à vin en bois ont toujours été nos jokers d’ameublement et nous suivent partout en chevets, bibliothèques, base de table basse avec un plateau, rangements de cuisine, de salle de bains… Chez nos filles désormais adultes aussi, c’est la même chose.
Les voitures, en dehors des périodes où nous travaillions à l’extérieur tous les deux, c’est une seule voiture. Et je persiste , même si ou j’habite désormais, les transports sont nullissime ( en région parisienne si si !!) . Je me débrouille . Et ce n’est pas une question d’argent à la base.
* argent et  crédits : pour voiture et la maison, et aucun crédit autre. Autant vous dire que pour beaucoup nous sommes des extraterrestres. En ce moment aucun credit tant que la voiture roule en sécurité.
En ce qui concerne le quotidien :
*les produits ménagers
J’ai collectionné jeune des livres d’Éducation ménagère du début du 20 eme siècle. Ça a été ma « bible » pour le quotidien donc alcool ménager, vinaigre, bicarbonate de soude ont toujours été présents et le moins possible de produits ménagers, une volonté.
* l’équipement de la cuisine et ménager :
La marmite norvégienne ( ^^Cerise) je connais bien, via les livres sus-cités, mais je n’ai jamais pratiqué. Par contre les yaourt et le fromage blanc sans appareils électriques, oui ! Des les années 80. Le pain , je l’ai fait par période, plus a partir des années 2000, désormais je fais mon pain sans gluten, mais pas le « vrai » pain de mon mari, il préfère celui du boulanger en bas de chez nous ! La machine à pain est en attente de preneur.
Par contre j’ai un robot perfectionné et une mijoteuse électriques offerts par mon père, car ayant des soucis de santé, j’ai eu une période où j’ai mis de nombreuses fois le feu à la cuisine , donc c’est une sorte de « béquille » (il y des minuteries coupe courant dessus) , idem pour l’aspirateur robot, de longues années je ne pouvais pas pousser, tirer, m’agenouiller , porter… et personne au quotidien pour m’aider ( mon mari travaillait à 550 km, les enfants étaient partis du nid)
Les lits : nous venons d’acheter notre premier lit « neuf » à plus de 55 ans . Chaque couchage n’a que 2 changes en tout, le linge de toilettes est minimal pour quand même suffire en cas d’invité chez nous. Mais les tissus « nappe » , la j’avoue ne pas être tres « simple » j’adore faire des table avec 3 fois rien, mais j’ai des nappes !! surtout des nappes chinées, anciennes ou alors des coupons de tissus (aussi chiné sur les bric à brac ou Emmaüs)
* le désencombrement
La volonté de désencombrer je l’ai eu après 20 ans de vie commune, il s’est fait petit à petit et c’est « réalisé » pleinement l’an dernier quand nous sommes passé d’une maison en province à un F2 en région parisienne. Mais en trichant un chouia : nous avons encore la maison, même si elle est quasi vide. (les chambres sont restées avec lits et étagères – les premières que nous ayons achetée il y a 34 ans et qui ont eu plein de « vies » différentes)
Une caractéristique de mon mari est d’avoir peu de choses : c’est un informaticien qui a besoin de son matériel de passion, de quelques habits, de sa mug de café et de plats simples.
Nos trois enfants sont « minimalistes » mais chacun à sa façon.   -Ce qui fait que pour eux, le terme de simplicité sur mes possessions les font rire !!

* Faire soi-même c’était aussi pour nous une évidence, comme allaiter et allaiter longtemps et porter mes enfants en écharpe ( qu’on appelait pas écharpe à l’époque – et dans les années 80 c’était pas évident ) Une époque où nous avons pu avoir un jardin potager .
Cuisiner maison, rechercher des producteurs ( nous étions déjà dans un coopérative bio à Poitiers en 85) était et est normal pour nous., de meme que cuisiner les restes.
Un des moments de vie qui m’a plut c’est quand une de mes filles m’a dit en voyant un sac dans une vitrine vers ses 9 ans : « comment pourrions nous le faire ? »
Et mon fils m’a dit que je lui avais  » caché que les conserves  (du supermarché) étaient bonnes » en rentrant en fac ! ( ça lui est passé ) Smile
J’ai fait une bonne partie des vêtements des enfants tant qu’ils étaient tout  petit , toujours offert des cadeaux maison en tissu ou cuisiné la plupart du temps . Je vais me remettre à coudre des vêtements.
Créer des choses, c’est un de mes bonheurs de vie ! En papier, tissus, cuisine , j’adore !
Mon mari m’a fait plaisir un jour où il m’a suggéré d’ouvrir un site qui se serait appelé «  Tout avec rien » X
Et les cadeaux sont depuis mes 18 ans, des cadeaux maison à 95%

Le stop pub, des que j’ai su que c’était possible de coller avec efficacité cela sur sa boite aux lettres, je l’ai fait !
Trocs/dons , pareil que le reste : une évidence.
Et nous avons toute notre vie rencontrer des gens qui étaient dans cette « culture » là.

Nous faisons parti d’un SEL. Troc, échanges, sont des moyens faciles de faire circuler les objets et du consommable, tout en s’ouvrant à d’autres personnes.

Fin de l’article de 2013 ————————————————————————————————————————

Depuis nous sommes revenus dans notre maison d’Angoulême en juillet 2015, j’ai retrouvé mon compost, un jardin desormais aéré et  un potager commence à s’épanouir. Nous faisons desormais parti du SEL d’ici aussi. Il y a un vélo électrique dans le garage qui est bien adapté aux dénivelés d’Angoulême.

Mais pour le linge de maison, meme si j’ai deux changes par lits, il y a beaucoup de draps que je garde en « tissu ». Encore et toujours a désencombrer, ce n’est jamais fini. 🙂

Bilan sur le « vers moins de dechet » clic

Pour des raison de santé , je mange sans gluten, ni lait animal depuis 3 ans et demi.  Nous avançons vers moins de viandes, plus de repas végétariens.

Voili, voila : je n’ai jamais mis autant d’informations personnelles sur un de mes blogs.

Bonne journée, dans l’Harmonie et la Sérénité