Archives de catégorie : Jardin

Jolie surprise !

Au Bonheur des rencontres numériques…

Vivre en Autonomie à la campagne aux éditions Eyrolles.

Dernièrement j’ai découvert l’Univers d’ Élodie sur Instagram (clic) et sur son blog (clic) . Je trouve ce fil attachant et intéressant. Et j’aprécie sa démarche qui fut un peu la mienne autrefois ( La Mémé et son ego qui parle !!)
Ayant fait du tri dans sa bibliothèque, et bien que ne me connaissant pas autrement que par mon fil instagram et mon blog , Élodie m’a proposé un livre spontanément et j’ai reçu quelques jours plus tard :

Ce livre et des « bonus » 🙂

Le paquet était accompagné de Gentils Mots pour notre installation dans la Nouvelle Maison J’ai été touchée que Zoé , sa fille, ai confectionné et offert deux cadeaux de ses mains « pour mon jardin » Dès le lendemain, le « Jardin secret » a accueilli deux petits trésors cachés dans la cognassier du Japon .

Ce livre donne des idées et les photos sont très belles


Même si nous sommes loin d’ambitionner l’autonomie alimentaire ou l’élevage d’animaux, l’important est d’avancer.
Un des derniers articles d’Élodie sur la création de son poulailler avec entre autres objectifs « moins de déchets » , m’a fait réfléchir et désormais je donne les déchets compatibles au voisin pour ses poules.

Le livre : C’est un guide issu de l’expérience d’un couple anglo- saxon qui a fait le choix de vivre à la ferme en autonomie, Bella et Nick Ivin.
Il y a aussi les recettes et les astuces, un très bel ouvrage à découvrir
De notre coté : confitures, potager minimaliste avec aromatiques , tomates, bettes , tentatives de salades (depuis que je sais les cuisiner autrement qu’à l’eau et en gratin insipides!) Des avancées vers Zero Déchets depuis longtemps désormais : ce livre va me donner des pistes, des idées d’optimisation et autre
pour progresser.

MERCI ÉLODIE
MERCI ZOÉ,

Ça fait chaud au cœur !

Mon jardin secret à la mi-mai 2020

Vous m’avez-demandé quand je posterais des photos de mon jardin secret, je le fais donc.
Il est encore « tout nu ». Vous verrez donc l’évolution.

Le chèvrefeuille
A gauche du portail, photà prise en fin de journée Caché derrière le bouquet de feuilles à gaucche de la photo, et dissimulé sous la verdure une réserve d’eau alimenté par une gouttière.
Le banc est protégé par une sorte de grottes végétale formée par un chèvrefeuille, une vigne vierge et d’autres végétaux entremêlés
Le creux végétal autour du banc.

Le bois sur le banc est une planche trouvée dans la grange coupée en deux parties.

A gauche du portail le jardin secret qui sera isolé par une paroi en lierre à l’etat de bébé dans le pot que vous voyez (oui, oui !!! vous verrez 🙂 ) et à droite du portail , à cette même heure de fin d’apres-midi, la vue est la suivante.

A droite du portail puis à gauche , en fin d’après-midi en mai Le lierre en pot deviendra grand et isolera des regards. A coté une consoude spontanée bien signalée pour que la tondeuse la respecte. (tonte haute pour respecter la bio diversité avec des îlots sauvages.
Vues lorsque nous sommes sur le banc. De la place pour mettre mon tapis de yoga à l’abri des regard, derrière le cognassier du japon, pour l’instant .

Je n’ai pas encore ramené mon bouddha : ce coin de jardin sera rien qu’à moi. L’HommeDeMaVie n’aime pas mes petits points de poesie … Ce sera là que je m’exprimerais ainsi. D’ou le nom que je lui donne : jardin secret. Mon Bouddha, il est visible dans cet article sur le jardin d’ l’Ancienne Maison clic

Oiseau bleu au creux du lilas.
Quand la vigne vierge délivre un message d’Amour…

La semaine prochaine, je vous montre notre début de « potager dispersé » : 3 mini potagers et des pieds de végétaux ça et là … Çà vous dit ?

Le jardin de la Maison du Hameau (1)

Début mars, avant le confinement qu’on imaginait pas encore.

Bonjour,
Je vais poster sur le jardin, mais au fil de l’eau… Ça vous va ?
J’adore le puits. Mon mari moins. Il a de l’eau et le matériel pour raccorder une pompe est posé. Le robinet d’eau de ville est aussi à cet endroit, c’est assez pratique car central pour l’arrosage si nécessaire.
Du puits part une allée pavée envahie d’herbes que je cherche à désherber tout en laissant les entre-pierre en verdure. Plus loin, ce ne sont plus des pierres mais des pavés. Avez-vous de l’expérience sur le sujet « entretien d’allées en pierre » ?

Le lilas, fin avril. A sa droite , mon jardin secret.

Le lilas se trouve à droite de l’entrée du jardin, après le portail.

Ibéris et Géranium (avril 20) Au fond le premier « carré » potager en devenir.

Iberis Blanc, Geranium sanguineum selon Plant’net. Cela se trouve en face du lilas. La boule que l’on devine en dessous est un lampe de jardin. Je vais devoir apprendre à tailler en boule. Il y a plusieurs massifs d’ibéris dans le jardin. Au fond on voit le « carré » potager n° 1 en devenir .

Puisque je parle « potager » …

Pas facile de commencer un potager en mode « permaculture » en arrivant dans un jardin au printemps. Donc, on délimite , on désherbe . Et je n’ai pas choisi de faire un potager en carré, ni une lasagne.
La terre me semble correcte pour une culture de tomates, bettes, radis, courgettes. Dans le potager n° 1 (le 2 est a créer) en ce moment a sa terre nue, en mode « faux-semis »
Je ne connaissais pas cela, les « faux semis » Il s’agit de recréer des bonnes conditions pour une levée de semence sans semer justement. Les mauvaises herbes alors poussent et on les arrache. le sol est libéré, partiellement en tout cas , le temps de la levée des vrai semis.
Puis, je dois trouver de la paille… Ne jamais laisser la terre nue.
Sur la photo, le premier jet du potager en « carré » qui recevra des tomates et des poivrons cette année et une bande que je destine aux plantes aromatiques. je venais juste de désherber cette partie de l’allée qui a des pavés.
Dans la jardinière rectangulaire, je tente d’acclimater un rejeton de sarriette. J’ai aussi repique un plan de céleri perpétuel et semer quelques rands de radis.
J’ai laissé deux roses trémières Ces fleurs la j’adore mais elle n’en font qu’à leur tete. Alors si elles ont décidé de pousser là, je respecte !
Les tuiles qui délimitent les espaces, je les ai trouve dans la grange. J’ignore ce que ça fera usage avec la hauteurs qui va se faire… J’aviserais…
Au fond prés du grillage qui nous sépare du voisin, il y a un sureau.

Le lilas fin avril, à l’entrée du jardin.
Des fleurs du jardin en mars.
Devant la fenêtre de la cuisine d’été il y a un houx.
On aperçoit le timbre charentais. Il y a quelques succulentes. J’y mettrais de la menthe, du basilic, du thym. mais je pense en pot. Je réflèchis.

Qu’est ce qu’un timbre charentais ? c’est une auge en pierre. Celle-ci est une vraie. Il s’en vend désormais en pierre reconstitué.

J’ai repeints une cage qui nous accompagne depuis des années, ajouté quelques piou-pious de la maison et de la mousse du jardin.
Mon hamac, ramené en 2009 du Nicaragua, à trouver sa place. J’aime ce tronc enroulé.
Avril : les 3 bouleaux ont revêtus leurs feuillages.
J’ai dû rempoter les aloès vera : 2 aloés offerts pas ma sœur l’an dernier ont fait plein de petits.

Je manque de contenants, car j’en récupère, ou je les chine et en cette période, privée de bric à brac de printemps, d’Emmaüs. J’ai donc récupéré des boites de conserve, passée à une peinture  » façon pierre » ..je ne suis pas convaincue…

Le mur extérieur du hangar adossé à la Grange.

Sur ce mur extérieur du hangar, plusieurs sortes de lierre à discipliner, de la vigne vierge, j’y ai vu des jacinthes, des giroflées A suivre … Un trottoir dessiné un L à cet endroit Il est composé de pavés et la aussi, je cherche comment le mettre en valeur. Il est bien pratique pour ne pas se mouiller les pieds.

Si vous saviez combien cela me fait plaisir de saisir ma corbeille d’osier et d’accrocher mon linge dans le jardin !

L’ancienne maison est en fait comme un appartement en duplex : un escalier extérieur pour aller au garage où était la machine à laver, traverser la salle et la véranda et descendre par un autre escalier dans le jardin. J’avais fini pas ne plus jamais mettre le linge au jardin, surtout vu le nombre d’années où mes soucis de santé rendait la montée et descente d’escalier problématiques. Et c’est un jardin de ville de 150 m2 qui m’a bien rendu heureuse, où j’ai eu plaisir à jardiner, me reposer, mais rien à voir avec ce jardin de campagne de la Maison du Hameau qui est visible de chaque pièce et dont l’accès est de plein pied.

Voulez -vous une suite ? Ces visites vous intéressent -elles ?
Si vous êtes sage, je vous montrerais mon « jardin secret » …
Bonne fin de semaine
!

Joyeux mai 1 er mai.

Joyeux 1 er mai et du Bonheur toute l’année !

Bonjour,
Nous sommes confinés dans la Maison du Hameau que nous venons d’acquérir mi février. En mode camping « de luxe » , car nous voulions faire quelques travaux avant d’emménager. Nous avons eu vraiment de la chance de pouvoir signer avant cette « drôle » période et nous avons choisi de vivre cette « drôle de période » dans notre nouvel « home » . Du temps pour découvrir ce jardin.
Le muguet était caché en 3 endroits et la photo a été prise mi avril. En ce premier mai il est « passé ». La photo a été prise à plat ventre dans l’herbe et la mousse. : Un plaisir de plus… sensuel, olfactif …

Le premier mai est un jour spécial aussi car c’est l’anniversaire de ma « Petite » Sœur, de mon neveu, son fils aîné et de ma cousine Dominique. Peu de gens travaillent. Certains parcs et jardins sont fermés. Un jour  » à part » encore plus cette année.

Pour moi, les « BEAUX JOURS » commencent à cette date : le premier mai. Et vous ?

Analyser soi-même sa terre de jardin : le test du bocal.



Bonjour,
Ayant posté l’analyse « maison » de la terre de notre nouveau jardin, plusieurs personnes m’ont demandé comment faire.
J’ai trouvé la façon de procéder dans un livre de base que je conseille :
DEBUTER SON POTAGER EN PERMACULTURE de Nelly Pons (Acte sud/Kaizen)
Au prix de 8 euros à la boutique KAIZEN

Livre simple et à prix abordable

Pour connaître facilement la composition de votre terre de jardin, il vous faut :
* Un bocal avec son couvercle, assez haut de préférence.
* De l’eau (même volume que la terre prélevée.

A l’endroit ou vous pensez faire votre potager , prélevez la terre sous la couche d’herbe Mettre dans le bocal de la terre de votre jardin, compléter du même volume d’eau.
Secouer énergiquement dans tous les sens.
Laisser décanter 4 jours, sans bouger le bocal bien sûr !

La couche tout en bas = gravillons, puis sable, limon, argile.

** Mesurez chaque couche et la hauteur totale
** A l’aide d’une règle de 3 , déterminez le pourcentage de la couche sableuse, limoneuse, argileuse. Dans mon cas, c’est en gros 70% de sable, 7% de limon et 23% d’argile.

Sources : wikipedia et Duchafour

Tracez les 3 lignes et à l’intersection vous trouverez la réponse : la structure de votre sol

Chez moi, ce serait donc « Sableux-limoneux » Un sol qui laisse passer l’eau un peu trop facilement mais qui font aussi de bons enracinements. Je dois lui apporter de la nourriture avec un apport de matière organique: paillis, compost … Nous avons la possibilité (apres le confinement !!) d’obtenir du compost gratuitement auprès des services de la Communauté de commune du Grand Angoulême chaque vendredi, car ici je redémarre à zero question potager.
C’est très intéressant cette analyse car spontanément, j’aurais pensé avoir une terre argileuse. Mais la réponse est logique car nous sommes quasiment à la jonction où la Nouère se jette dans le Fleuve Charente.

La texture du sol se regroupe en 4 classes, qui permettent de définir un ensemble de propriétés par type de sol :

Texture argileuse : Les sols argileux sont chimiquement riches mais leur propriété physique provoque une mauvaise aération, une imperméabilité et une mauvaise pénétration des racines. Le travail du sol y est difficile du fait de sa compacité³ à l’état sec et de sa plasticité⁴ à l’état humide. Une bonne humification⁵ peut améliorer sa structure et ainsi corriger ces défauts.

Texture limoneuse : Les sols riches en limons sont plus sujets à l’érosion que les autres, provoquent la formation de structure massive et mettent du temps à se restructurer. De même que pour les sols argileux, une teneur suffisante en humus permet de contrer ces aspects défavorables.

Texture sableuse : Les sols riches en sable sont bien aéré et ainsi très facile à travailler. Ils retiennent peu l’eau et sont peu fertiles car les éléments nutritifs sont facilement lessivés. Ils ont cependant l’avantage d’être plus propice au développement racinaire.

Texture équilibrée : Elle correspond à un mélange d’argile, de limon et de sable pour lequel la plupart des qualités de ces 3 types sont présente, sans en avoir les défauts.
Ex : 15-20% d’argile, 30-35% de limons et 40-50% de sables

(Source: Wikipedia)

Théoriquement, les soucis de newsletters que je traînais depuis 2015 (!!) ont été résolus et je pense que ce blog a son utilité, ne serait-ce que pour laisser en ligne des informations, des idées, des recettes appréciées de mes amies, de connaissances du net ou de la « vraie vie » IRL . Plusieurs personnes m’ont assurées que mon ancien blog de cuisine (clic ) et ici-même servait de « livre de cuisine » et cela me plaît de savoir que ce que j’ai pris le temps de partager sert à quelques chose.
Donc A Bientôt pour de nouvelles idées, de nouveaux partages, de nouvelles recettes !

Le Jardin en juin 2019

Bonjour,
Je vous invite à me suivre dans mon jardin un peu sauvage : j’aime aussi que les végétaux vivent leur vie 🙂

L’artichaut qui grandit plus que son « frère » ( cadeau d’Aurélia) rejeton planté il y a 2 mois
L’ail des ours à « fondu » …
Il y a 10 pieds de tomates divers dans les « carrés » et 5 autres dispersés dans l »herbe »
.

La terre des « carrés » a été enrichie de compost et de fumier de cheval (Merci Aurélia !).
J’ai juste mis un peu de compost au fond des trous de plantation des tomates, mais je suis inquiète car je trouve peu de fleurs et sur les tomates du voisin, pas de fleur !! Mais j’ai planté tres tardivement et même mis en terre des plants de tomate qu’hier + un semis de haricots

Les framboisiers offerts par Aurélia
Bébé Rhubarbe ( d’Aurélia, bien sur !!)

Depuis l’an dernier, apres le chiendent, je dois lutter contre le liseron qui avait etouffé mes lavades entre autre… en 7 jours d’abscence , rien pu faire !! Cette année c’est reparti malgré ma vigilance et un désherbeur thermique Il aurait fallut peut-être plus d’heure au jardin ? Bref du coup j’ai mis des « potées » au jardin plutôt que des semis à certains endroits.

Pour rappel, le jardin etait ainsi en 2007 :

en 2007
En 2015, sans les thuyas.

Muguet le 1 er mai, Bonheur toute l’année !

Muguet rose de mon jardin et de celui de la voisine.


  Le muguet est timide chez nous : photo ci-dessous prise le 27 avril. Peu de brin disséminé: le muguet fait ce qu’il veut. Il fut abondant dans notre jardin et a migré chez la voisine les années suivantes. Mais comme notre gentille voisine partage, pas de souci. 🙂

Dans le vase chiné la semaine dernière acheté avec une assiette. Le vase est fêlé mais j’ai THE ASTUCE !
Vous pouvez imperméabiliser le vase avec de la paraffine , ou celle avec laquelle on couvre les confitures, ou de la bougie fondue.
Faire fondre la paraffine dans un récipient (personnellement, j’utilise une boite de conserve lavée tenue avec des pinces) et couler dans le vase en le faisant tourner entre vos mains afin que la paraffine (ou la cire de bougie)  se répande partout

BONNE SEMAINE  !

 

 

 

Jardin : avril 18 et un poème.

Bonjour,

Keria et un soupcon de lilas blanc (detail du jardin)

L’an dernier, le jardin nous a donné plein de petits bonheurs et des tomates en abondance. Je n’ai pas pris le temps de partager les photos avec vous. Cette année je vais tacher de vous montrer mon petit paradis tres modeste. Je ne lui consacre que le peu de temps, pas assez, mais la vie est si riche, le temps file si vite … Vous connaissez ! 🙂

Le coin « zen »

Petit coin zen, avec bouddha et pot chiné, papillon « action » 18.
Je « tonds » mais laisse ça et là des ilots d’herbe et de pâquerettes  Coté pergola, mais à 19h en avril. Dire que ce cerisier de 50 ans a été étêté en 2015, il est bien reparti !
Pour mémoire, le cerisier en 2015 et le jardin sans les « carrés » potager. Un petit collage de mon peu de plante aromatique, mais il manque la sauge et le laurier que je n’ai pas inclu dans ce collage.
Le thym a enfin pris dans le jardin, un plant de maraîcher, ainsi que le persil « geant d’italie » graines de Kokoppelli semées l’an dernier et qui a « passé » l’hiver .
La menthe se plaît, comme souvent, l’estragon va parfumer ma cuisine, j’espère qu’il va s’acliter, comme la sarriette sauvage, venue de Provence, via un gentil couple qui vend parfois sur les bric à brac le surplus de leur jardin.

Je termine sur le collage de petits details :

Une statuette chinée il y a longtemps, qui survit aux hivers, avec des pensées rescapées d’anciennes potées de l’année passée. Un attrape-reve offert, qui a sa place , une louche en métal et bois chiné qui accueille quelques verdures et l’étoile du Noël 2016.

Pas beaucoup de plants maison cette année, car nous devions partir 3 semaine en mai , je partagerais avec vous la suite…
Le citations sur ardoises par exemple 🙂
Bonne semaine !

Un poeme de Victor Hugo sur le Printemps avant de nous quitter

PRINTEMPS

Tout est lumière, tout est joie.

L’araignée au pied diligent

Attache aux tulipes de soie

Les rondes dentelles d’argent.

La frissonnante libellule

Mire les globes de ses yeux

Dans l’étang splendide où pullule

Tout un monde mystérieux.

La rose semble, rajeunie,

S’accoupler au bouton vermeil

L’oiseau chante plein d’harmonie

Dans les rameaux pleins de soleil.

Sous les bois, où tout bruit s’émousse,

Le faon craintif joue en rêvant :

Dans les verts écrins de la mousse,

Luit le scarabée, or vivant.

La lune au jour est tiède et pâle

Comme un joyeux convalescent;

Tendre, elle ouvre ses yeux d’opale

D’où la douceur du ciel descend !

Tout vit et se pose avec grâce,

Le rayon sur le seuil ouvert,

L’ombre qui fuit sur l’eau qui passe,

Le ciel bleu sur le coteau vert !

La plaine brille, heureuse et pure;

Le bois jase ; l’herbe fleurit.

– Homme ! ne crains rien ! la nature

Sait le grand secret, et sourit.

Victor Hugo

 

Joyeux printemps : poèmes, idée avec des boutons, une astuce

Quelques « éclats » de printemps au jardin.

A LA RENCONTRE DU PRINTEMPS de Maurice Carême 

Cheveux au vent
Tambour battant,
Allons-nous-en,
À la rencontre du printemps.

Des arbres, des toits, des auvents,
Il pleut des milliers d’hirondelles.
Le soleil verse sur les champs,
De pleins paniers de fleurs nouvelles.

Cheveux au vent,
Tambour battant,
Allons-nous-en,
À la rencontre du printemps.

Prenons nos trompettes gaiement
Et sonnons la mort de l’hiver.
La terre est comme un agneau blanc
Dans les bras nus de l’univers.

Cheveux au vent,
Tambour battant,
Allons-nous-en,
À la rencontre du printemps.

Il y a toujours de joyeux retours quand je vous poste des poèmes appris à l’école ou simplement de Maurice Carême. Ils sont simples et résonnent avec Bonheur dans nos Cœurs.
Je ne connaissais pas celui-ci. ET vous ?

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

Mon truc du jour pour garder les tulipes plus longtemps en vase est celui-ci : Percer de pat en part la tige sous la fleur comme indiqué sur la photo. (et bien sur , vous enlevez l’épingle, hein ! 🙂

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

Une idée extraite du PETIT ÉCHO DE LA MODE du 28 avril 1946, juste après la dernière guerre, pour agrementer une robe d’enfant dans cette article, mais qui peut servir à bien d’autres usages.  Qu’en pensez-vous ?
Je n’ai pas eu le temps de concrétiser cette idée, mais elle est sympathique pour utiliser les petits boutons blancs que nous récupérons sur les chemises usées de nos maris, non ?

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Et pour finir, allez!! je poste encore un poème de Maurice Carême  bien à propos vu la météo de ce 20 mars 18 :

Mars

Il tombe encore des grêlons,
Mais on sait bien que c’est pour rire.
Quand les nuages se déchirent,
Le ciel écume de rayons.

Le vent caresse les bourgeons
Si longuement qu’il les fait luire.
Il tombe encore des grêlons,
Mais on sait bien que c’est pour rire.

Les fauvettes et les pinsons
Ont tant de choses à se dire
Que dans les jardins en délire
On oublie les premiers bourdons.
Il tombe encore des grêlons …

Maurice Carême (« La lanterne magique »)

JOYEUX PRINTEMPS À TOUS ET TOUTES !

Fleurs blanches : émerveillement d’une nuit.

Bonjour,

Le 10 juin, 3 heures du matin : je profitais de la fraîcheur de la nuit dans la véranda et je suis restée stupéfaite devant ces deux magnifiques fleurs blanches qui apparaissaient comme magique dans l’obscurité.

 Quel bonheur de contempler ces merveilles !
Je les ai prises en photos malgré la nuit et heureusement !! Ces fleurs ont duré moins de 24 heures.

Les recherches sur le nom de cet sorte de cactus qui produit ces merveilles reste incertain.
Je tombe sur Selenicereus grandiflorus mais les informations éparses ne correspondent pas vraiment. Ajout du 15 septembre : Marion en commentaire me signale que c’est un Cactus Echinopsis multiplex  aussi appelé « lis de Pâques » ! Merci Marion.
Quelques temps auparavant, j’avais remarqué ces boules poilues pas très jolies, C’est un peu l’histoire du vilain petit canard.
Détail des tiges

Si vous connaissez plus de détails sur ces cactus, je suis preneuse.

Je ne voulais pas repousser le moment de partager cela avec vous. :).
Je ne poste pas souvent sur le blog,( soucis de pc qui trainent – les cordonniers sont les plus mal chaussé-)  mais chaque jour sur mon compte Instagram que vous pouvez regarder sur votre PC sans télécharger l’application sur ce lien https://www.instagram.com/isabellemiaou/?hl=fr