Zeugmas ?

kawaii-Panpan1

Un lapin  est à l’origine de ma découverte.
 – « Isa, ok pour un pot en ville ? »
Je change d’emploi du temps  et de vetements pour me rendre au lieu convenu. et une fois bien installée à la terrasse du café, le portable sonne   » J’ai réfléchi, finalement,  j’ai plein de choses à faire,  On remets cela une autre fois » me dit la copine !!! …
J’ai pris l’habitude de prendre les imprévus comme des cadeaux et  de profiter du temps.
« offert » pour des cas comme celui-la.  Alors tant qu’à être en ville, direction la librairie toute proche, la Librairie Cosmopolite.
Un lieu de perdition pour moi. Pour certaines, ce sont les parfumeries, pour d’autres les pâtisseries, moi ce sont les librairies. Et celle-ci a une belle histoire mais je vous en parlerez une autre fois.
Pour revenir à notre sujet, à peine arrivée, mon regard tombe sur CE livre.


garcin-zeugmas-hd-filetrge

Intriguée … Je me suis arrêtée là pour mes achats du jour.

  Zeugmas,  vous connaissiez ?

Il s’agit, outre d’une cité antique située dans l’actuelle Turquie, mais aussi d' »une figure de style qui consiste à faire dépendre d’un même mot deux termes disparates qui entretiennent avec lui des rapports différents, en sous-entendant un adjectif ou un verbe déjà exprimé. » «  Le zeugma  vient du grec ancien ζεῦγμα / zeûgma, « joug, lien »( source wikipédia).

Ce n’est peut-etre pas encore très clair pour vous, alors voici quelques exemple tirés de ce livre :

« Vêtu de probité candide et de lin blanc » (Victor Hugo)  
 « Je prends mon courage à deux mains et ma malle par l’anse » (J. Vallès)

N’étant guère douée pour les résumés et les reformulations, je vais citer encore une fois.

« Il existe deux types de zeugmes en rhétorique.
Le zeugme sémantique, aussi appelé attelage, consiste à rattacher à un mot (le plus souvent un nom) deux compléments disparates quant à leur sens, l’un étant un terme concret et l’autre un terme abstrait.
=> Les marchands de boisson et d’amour (Guy de Maupassant).

Le zeugme syntaxique ou zeugme de construction, unit à un mot (généralement un verbe) deux compléments qui se construisent de façon différente. Dans le premier exemple qui suit, on joint au même verbe croyait un complément indirect, à son étoile, et un complément direct, qu’un certain bonheur lui était dû.
=>
Il croyait à son étoile et qu’un certain bonheur lui était dû (André Gide). »
source

Je veux juste exciter  votre curiosité, je ne vais point m’étendre sur ce sujet car si cela vous titille, le plus agréable c’est de partir à la chasse, non ?
Ainsi, vous rencontrerez des mots comme « hendiadys » ou « anacoluthe ».

Pff, je n’ai pas fini moi, entre  La Vie,la Famille, les Amis, la Cuisine, la Couture Créative, le Monde des Plantes, l’Univers des Jardins, et désormais ces curiosités linguistiques, je me dis que ce n’est pas un hasard si je suis insomniaque , c’est pour pouvoir exploiter au mieux mon temps.

Croyez-vous que mes 7 vies de chats vont suffire ?

« Je prends : le taureau par les cornes, mon courage à deux mains et le parti le plus sage ».

San-Antonio (La vérité en salade)

 

Encore une pochette façon Symphorine (et mes bêtises)

« Quand on aime, on ne compte pas » dit un proverbe.
J’aime les coudre, les Symphorines de Dame Valiste, mais surtout, j’aime m’en servir.
J’utilise beaucoup la mienne, donc j’espere que celles que j’offre seront utiles.

symphorine DO

Pour La Fourmi, je suis partie sur le thème des fleurs. Celles d’entre vous qui fréquente son blog savent qu’elle aime les fleurs.
Au départ, un napperon chiné, brodé en rouge à la main au point de tige et ajouré sur le pourtour. 

DSC02349 De plus près, vous constaterez que quelques chose cloche, n’est ce pas ?
Non?
Apres avoir quilté et monté la pochette, j’ai VU !
Le napperon est monté à l’envers !!! A ce stade démonter etait peu envisageable sans dégât. Alors j’ai trouvé un fil assez semblable et j’ai brodé la fleur de gauche.
L’autre option eut été de ne pas l’offrir, mais Emmanuelle et Muriel, qui sont si perfectionnistes, m’ont appris aussi à prendre les choses comme elles sont. Réaliser ses ouvrages avec intention, en donnant le mieux de soi, mais en restant dans le registre de la joie de faire.
De plus, je voulais être  » à l’heure » pour son anniversaire (pour une fois !) et plus de disponibilité devant moi. J’assume !

DSC02350Pochette de dos, j’ai quilté dans certaines tiges. Le but premier du quilting est de solidariser les épaisseurs.

2016-06-05La fleur brodées en plus – le quilting- la dentelle – doublure en vieux drap chiné- chiné aussi le bouton rouge. 

La pochette fut garnie de quelques babioles aimée des mercières : boutons, charms…et de beaucoup d’Amitié.

LA FOURMI VIENT DE POSTER UN ARTICLE SUR LA POCHETTE. (CLIC)

(clic ici  aussi pour découvrir

un pan de notre histoire commune)

Pour voir d’autres Symphorines, ici, ici et je m’aperçois que il y en a 3 que je n’ai même pas prises en photo !!

 

.

Petits Bonheurs au jardin le 5 juin 2016.

Bonjour,

Voici juste de petites touches qui me font plaisir.

Chèvrefeuille ressuscité

chevreuille ressuscité

chevreuille ressuscité
Chèvrefeuille qui a faillit être coupé car considéré comme mort. C’eut été dommage, non ? Et je ne peux , hélas, vous faire partager son parfum. Un bonheur !

Une personne du SEL (Système d’échange Local) a pris le temps de faire le tour de mon jardin à l’automne et m’ a expliqué plein de choses, dont la façon de tailler. A priori, ça a fonctionné !
J’ai aussi remis un peu de terreau au pied et je lui ai parlé gentiment. :) (au chèvrefeuille , mais j’espere aussi au monsieur !)

Le distinguez-vous parmi tout ce vert ? 

mimosa 4 juin 16
Bébé Mimosa, le 4 juin 16

Nous avions un magnifique Mimosa, que voici en 2011.mimosa 2011Comme vous le constatez, il menaçait de tomber sur la maison en cas de grand vent.
Nous avons du le couper. Quel crève-cœur !

mimosa bouquet
L’odeur du mimosa !!!

Ce genre d’arbre donnent plein de rejets mais quand nous sommes revenus l’an dernier, les derniers rejetons était … chez la voisine. Elle nous en a redonné un.
Que nous avons replanté hier. Lui aussi je lui parle gentiment. :)

DSC02376Des fleurs qui durent assez longtemps pour qu’on en profite. Un sempervivum (joubarbe) mais lequel je sois plancher sur les identifications. Sempervivum, parce que cette plante est toujours verte l’hiver comme l’été.

semper vivum
Sempervivum encore et le Petit Bonheur est le pot chiné un euro

DSC02374Echeveria elegans ?

Trouvée sur

ce site.


DSC02368
Décor provisoire sous l’appentis. Une des hampes graciles de cette  autre succulente fleurie s’est cassé lors de la chute de son pot : un accident de tondeuse. 

La pluie qui a noyé une partie de la France ne nous a pas épargné, mais pas de drame sur Angoulême même. Les rosiers sont  » rouillés » et j’ai dû couper plein de roses piquées.
Nous avons arraché les iris  qui n’avaient plus été entretenues depuis des années  et ne donnaient plus que des feuillages abîmés et que quelques fleurs. Je recompose la plate-bande, petit à petit. Lourde tache, car il y a moult racines : de pyracanthas( quel horreur ces haies !!)  du voisin et des lilas. Le week-end fut sans pluie et ce dimanche plein de soleil et de chaleur. Le Bonheur de retravailler au jardin.

Pensées aux personnes qui ont tout perdu, aux agriculteurs, horticulteurs qui ont perdu le fruit de leur travail.

Je termine sur un Petit Bonheur d’Amitié.

Edith Holden

L’autre fois, je cherchais le titre d’un livre. Accidentellement à Cultura car nous avons à Angoulême des librairies, des « vraies » que je préfère 100 fois faire travailler.
Mes explications : Je cherchais le livre d’une auteur anglaise qui a écrit un journal à la campagne qu’elle a  illustré  de ses  aquarelles.  5 vendeurs consultés, pas d’accès à internet et je n’avais pas mon téléphone sur moi pour chercher. En une seconde, Cappuccinette consultée me répond  :  » Le journal champêtre d’Edith Holden » mais j’ai les « Carnets Champêtres » et son « Livre de Cuisine », tu me ferais plaisir en m’en débarrassant !!!Et de trouver dans ma boite à lettres ce qui précède, sur la photo !!
Et c’est moi qui lui rend service !!! :)
Edith Holden est une jeune naturaliste, professeur de peinture pour jeunes filles, illustratrice de livres pour enfants, mariée à un sculpteur, et son  » Journal Champêtre »   est le fac simile de son journal de 1906  qui nous décrit et nous dépeint la flore et la faune de la campagne anglaise au fil des saisons.

Elle est morte à 50 ans de façon tragique noyée dans la Tamise dans laquelle elle était tombée en voulant, pour l’étudier de plus près, attraper avec son ombrelle un chaton de châtaignier.

Les carnets sont composés de la meme façon que le Journal. J’avais envie de m’inspirer des ces aquarelles, car je me suis offert une boite de crayons aquarellables, les précédents avaient 34 ans d’age et désormais, il est impossible de trouver, comme autre fois, les crayons « de remplacement » à l’unité chez Carand’ache , malheureusement ! Et une boite sans verts, sans rouges  est plus difficilement exploitable. « Y-a-pu-ka »! (trouver le temps)

Holden Poppies

Bonne semaine à vous !

 

PESTO DE FANES DE CAROTTES ( sans produit laitier)

Bonjour vous tous,

pesto fanes
Pesto de fanes de carottes, Le pain est celui de la Ferme du Maine Blanc au petit épeautre.

Dans le genre « Gourmandises salées express » , il n’y a pas mieux au printemps.
Un de mes Bonheurs Simples est de réceptionner à la Ruche-Qui-Dit-Oui mon cageot de légumes et mon pain de petit épeautre qui viennent de chez Jean-Noel.  Cliquez et allez faire un tour sur le site de la ferme LE MAINE BLANC.
Je ne suis pas plus que cela » soupe » et au printemps, qu’allais-je faire de mes jolies fanes de carottes ? Et Zou, j’ai trouvé Chez Veggiegastronomie la recette qui va bien, mais adaptée aux fanes de 6 carottes. Les amandes replacent le traditionnel parmesan des pesto.

 Eléments tous bio : Fanes de 6 carottes , 10 amandes, une petite gousse d’ail  et à peine 3 cuillerées à soupe d’huile d’olives. Mixer. Goûter et saler ( chez moi, sel rose de l’Himalaya)  C’est Prêt !

Même L’Homme-De-Ma-Vie a aimé, trop aillé pour lui car j’avais de grosses gousses d’ail donc j’ai précisé « une PETITE gousse d’ail dans les éléments de la recette.

TESTEZ ET DITE MOI CE QUE VOUS EN PENSEZ!

BON DIMANCHE à TOUS.

 

Succulentes : Euphorbia trigona

Bonjour,

 Profitant du temps pluvieux  qui interdit toute activité au jardin, je vous présente une de mes pensionnaires   depuis environ 9 mois : Une Euphorbe « trigona » pour faire simple. 

DSC02284 DSC02285

N’est-elle pas originale ?
Elle a une forme de cactus et des épines, mais c’est une succulente.
C’est une euphorbe. Mais comme il existerait plus de 2 000 espèces d’euphorbes… Plus exactement  » La famille des Euphorbiacées comprend 8.100 espèces dont 2.000 environ appartiennent au genre Euphorbia. » (citation du site en lien sous l’article)  Elle a aussi un autre nom que j’ai eu du mal à trouver  » Trigona ». Ceci étant dû à sa tige à 3 cotés. Sans en être sûr, il est souvent dit que son origine serait l’Angola. En milieu naturel cette plante peut atteindre les 1,80 m. Elle ne doit pas être exposer à des températures inférieurs à 10 ° . Du coup, c’est une des rares plantes qui ne sort pas de la véranda tenant compagnie à ma Passiflore.
Euphorbia trigona est aussi appelée parfois « Arbre à lait »  à cause de l’aspect de sa sève (toxique) ou « Cactus de l’Amitié ». Elle aime le soleil alors une fenêtre plein sud est un endroit idéal pour le placer et 4 heures minimum de bonne lumière par jour. Un bon drainage est nécessaire et vaporiser un peu la terre que si elle est sèche. Ma véranda lui va comme un gant !
Elle se bouture très bien mais je n’ai pas encore testé.

Euphorbe « trigona » a une cousine qui lui ressemble fort : Euphorbia Trigona Rubra. C »est essentiellement la même plante, mais avec de belles feuilles rouges profonds.

Précautions : Attention la sève des Euphorbes est toxique. Cliquez pour trouver les renseignement du centre anti-poisons.
Porter des gants et des lunettes pour la taille ou le rempotage des euphorbes. Se laver soigneusement les mains à l’eau et au savon après tout contact avec la sève.
Mes informations viennent d’échanges sur des forums et d’articles divers d’Internet. Si vous avez des précisons, je suis preneuse.

Ce sera tout pour aujourd’hui : avez-vous été intéressé par cet article ?

Bonne journée malgré le temps maussade ! Mais c’est l’occasion de rejoindre mon atelier de couture, et vous ? 

Éclats de jardin au 25 mai 2016

DSC02309Pour commencer,  recevez mes souhaits et voici le nouveau petit coin du jardin .

C’était un projet niché dans un coin de ma tête , mais en chinant hier soir, j’ai trouvé  pour 3 sous  ce bouddha, ce pot blanc, le soleil qui  est une attache de rideau. Et le socle est  une ancienne fontaine qui ne fonctionnait plus que je gardais en socle de plantes (alibi pour qu’elle ne parte pas dans le cadre du « Désencombrement. » ^^.

Pour La Fourmi particulierement et vous tous et toutes, voici les 3 sortes de pavots Kokopelli que j’ai dans le jardin cette année.

DSC02224 DSC02225 DSC02233Sûrement un « Papaver glaucum », mes étiquettes ont disparut durant l’hiver. 

DSC02259
Avec des nigelles bleues et les Belles de Jour.

DSC02258DSC02226 Peut-être un Pavot d’Espagne – Papaver rupifragum

DSC02277

DSC02227

DSC02234Sûrement « Papaver rhoeas « 

Papaver_rhoeas_-_Köhler–s_Medizinal-Pflanzen-101
Illustration botanique extraites des Plantes médicinales de Köhler, Franz Eugen Köhler (1887).
chevrefeuille 27 mai 16
Chèvrefeuille 27 mai 16

Ce chèvrefeuille, planté il y a 30 ans, je l’ai toujours vu végéter,  fleurissant à peine. Depuis 4 ans, il était considéré comme mourant. Je l’ai bichonné, taillé drastiquement et il fleurit pour me remercier cette année. :)

escalier roses rouges 16Le rosiers de l’escalier du jardin aussi me récompense, grâce à Julien du SEL (système d’échange local) m’a expliqué comment tailler. Je suis très hésitante, mais au moins je vois des résultats, car l’an dernier, j’ai bien cru que lui aussi, planté en 1978, était en fin de vie. Il a recu aussi pas mal de peau de bananes  en « offrande » à ses pieds , il est dit  qu’elles sont bénéfiques aux  rosiers. 

vesce commune
vesce commune
vesce commune
Vesce commune : fleurs emmêlées.  Elle grimpe sur une branche élaguée du frêne voisin.

Vicia_sativa0

Les roses du jardin :

La descente d’escalier un peu fouillis

la descente d'escalier, un eu "fouilli"

DSC02267

rosier
Rosier Mme de Sévigné.

DSC02306

Autres roses :

DSC02321DSC02270

Vous avez aperçu les nigelles bleues avec les pavots oranges et voici les blancs mélés aux iris. 

nigelles blanches
nigelles blanches

DSC02297Petite bordure nouvelle mais oui!! j’aurais dû mélanger les couleurs de pensées… A vrai dire je ne pensais pas qu’elles auraient survécus, car elles étaient mal en point  quand je les aient plantées ( 5 euros les 36 pots un peu « passées ») avec des capucines qui pointent leurs feuilles…

Nous avons fait mettre la palissade en retrait du muret « légal » pour le quartier et nous habitons devant une école et cet interstice recevait pas mal de détritus. Les géraniums sauvages « Herbes à Robert » ont résolu le problème en végétalisant l’espace , plus besoin de me demander ce que je pouvais semer.  Personne n’ose lancer des déchets sur des fleurs :)

Herbe à RobertDSC02269
Et c’est avec le joli bouquet de jardin que m’a offert ma voisine que je vous souhaite
une bonne fin de semaine !

Un séjour Breton et la ferme en permaculture de Gabrielle et Stuart

Bonjour,

Visage
Mon coup de cœur en arrivant Chez Gabrielle et Stuart : ce visage sculpté et sa chevelure végétale. Moult détails charmants vous attendent dans chaque partie de la ferme. Oubliez vos stéréotypes de citadins !

Nous séjournons en Bretagne dans un lieu dit La Haute Houssais, près du village de Saint Maden dans les Cotes d’Armor . Je vous expliquerais dans un autre article comment nous avons été amené  découvrir ce coin de Bretagne. Je vous offre une ballade qui n’est pas descriptive, juste des clichés que j’ai eu envie de partager. Nous sommes mi-mai.
  Ce lieu est le « BRITANNY COUNTRY GITE »,   où nous sommes accueillis par nos hôtes, Gabrielle et Stuart, qui ont façonné cet endroit en étroite collaboration avec la nature. Il s’agit d’une ferme et de deux gites. En voici un :
DSC02197Chacun des deux gîtes a son jardin privé. Ci-dessous, une partie du jardin rattaché à la grange (Barn)

barn jardin

Chacun des deux gîtes a son jardin privé, réservé à votre usage pour la durée de votre séjour et vous pourrez comme moi vous promenez dans leur bois et dans la ferme.
Venez, je vous emmène !

DSC02191

La balade des canards
La balade des canards

Voici les canards ! N’ont-ils pas une allure élégante ?

moutons sieste
La sieste, c’est sacré !

DSC02211

moutons grimpé
A notre arrivée, ce mouton m’a signifié qu’il dominait la situation. :)

Vue d'ensemble de la mare , la serre...

Admirons les nénuphars.

nenuphars

DSC02184Pas de mare sans grenouille !

DSC02188« Il fait beau, je fais la planche ! » ou « se reposer les doigts de pieds en éventail »
DSC02189
DSC02192

Ne seriez-vous pas bien là, à lire, rêver ou méditer ?

Le  bassin de phytoépuration  jouxte  la mare.  Le  bassin de phytoépuration  alimenté par l’eau de pluie recueillie dans un réservoir installé sous les gouttières de la  maison et les eaux « grises »( cuisine, douche, lave-linge) Le système racinaire des plantes absorbe les composés chimiques (nitrates et phosphates) et décompose les polluants ménagers et l’eau traitée par les plantes alimente la mare. ( je cite Stuart Anderson)

balancoire

DSC02215Ou un petit tour d’escarpolette ? Qui est au loin ? 

DSC02179Une de ces surprise que j’adore dans ce lieu.( non, ce n’est pas un vrai !) 

Le domaine des canards
Le domaine des canards

 » Les canards coureurs indiens (ce sont les canards blancs) sont une race très utilisée en permaculture. Infatigables chasseurs de limaces, ils sont relativement légers et causent peu de dommage au potager. « 

DSC02208

Passons chez les poules.

les poules
Les poules, un petit bac de compost et une ruche travaillent de concert. Les Frelons asiatiques sont attirés par la ruche mais encore plus par le compost, et les poules protègent les abeilles en mangeant les bourdons, Non les frelons asiatiques  et se délectent à picorer le compost.(désolée de ma méprise première)
domaines des poules interactions
Il y a 3 ruches. Jachère fleurie, plantes fleuries dans le potager offre aux abeilles de quoi butiner et attire les auxiliaires du jardin aidé des nichoirs et des hôtels à insectes placés de-ci de-là.

 

la mare
De cet autre perspective de la mare (prise à coté du bassin de phytoépuration)  vous apercevez au fond le carré des aromatiques.

 

 

 

 

carré d'herbes aromatiques
Carré d’herbes aromatiques.

Je vais terminer la visite par un bout de la fresque qui orne le préaux de la ferme :

 

fresque
ces dessins résultent d’un échange de bons procédé entre nos hôtes et un artiste. Si vous voulez en voir plus, venez donc séjourner dans ce coin de Bretagne! (clic pour vous retrouver sur le site de location). 

Nous nous sommes reposés, j’ai encore découvert des aspects bretons différents, comme à chaque visite dans cette belle région de France. Je ne m’attendais pas du tout à une ferme de ce genre, encore « formatée » par la vison des fermes picardes de mon enfance et influencée par les videos de permaculture que j’avale depuis un an. 

Pour celles et ceux  que cela intéressent Stuart tient un blog sur la permaculture en Bretagne, avec la traduction en Français des principes de permaculture. Rendez- vous ICI (clic)

La permaculture ?
Je débute mais dans le hors-série cité plus haut que l’on m’a prêté, il y a celle-ci :

« La permaculture est un aménagement consciencieux du paysage, qui imite les modèles trouvés dans la nature pour produire en abondance de la nourriture, des fibres, et de l’énergie pour combler les besoins LOCAUX. »

Pour ceux et  celles qui suivent le blog, la citation ci-dessus ne vous rappelle-t-elle pas les intentions de notre chez Charlemagne et son « Capitulaire de villis » de l’article publié hier (clic)?

Un autre site = https://permacultureprinciples.com/fr/

Je suppose que je vous reparlerais de ce sujet entre un patchwork, une recette, un poème et une photo !! :)

BON WEEK-END à CHACUN ET CHACUNE DE VOUS !
papillon fleur
Papillon dans le jardin privé.

 

 

Coté jardin : LE CAPITULAIRE DE VILLIS

Je partage ma dernière découverte du jour : Histoire, jardin s’y mêlent. 

Capitule-70
Capitule 70 listant les plantes…(photo du net)

Nous sommes accueilli dans le gîte de Start et Gabrielle Anderson, dans leur ferme en permaculture ( article à venir) et Stuart m’a fait découvrir le magazine « Les 4 saisons du jardin bio » et le N° spécial sur la permaculture.  Dans un des articles , on parle de « Capitulaire de villis » comme référence d’un jardin simple . exactement Capitulare de villis vel curtis imperii.

Je suis allée faire ma curieuse et il s’agit « d’un un acte législatif datant de la fin du VIIIe siècle ou du début du IXe siècle. Charlemagne y édicte à l’intention des villici, les gouverneurs de ses domaines agricoles (villæ, villis), un certain nombre d’ordres ou de recommandations qui pourront être contrôlés par les missi dominici (« les envoyés du maître »). »(Wikipedia-clic).
Le capitule (article)  le plus connu est le n° 70 qui cite 94 plantes, 73 herbes, 16 arbres, 5 plantes textiles et tinctoriales que doivent cultiver les domaines.
Le dernier exemplaire de ce manuscrit,est conservé de nos jours dans la bibliothèque de Wolfenbüttel en Allemagne.

Dans cet écrit, Charlemagne  indique ce qu’il veut que l’on trouve sur les terres afin que les personnes vivants sur ces domaines ne manquent de rien. On y retrouve des plantes pour la nourriture, mais aussi des plantes médicinales, des plantes pour fournir la base d’étoffes mais aussi pour la teinture. Vous en saurez bien plus en lisant ce PDF : LE CAPITULAIRE DE VILLIS ET LE DÉVELOPPEMENT DE JARDINS MÉDICINAUX par J. Barbaud (clic)

Raban-Maur_Alcuin_Otgar
Rabanus Maurus (à gauche), soutenu par Alcuin (au milieu), présente son travail à Otgar de Mayence (à droite)

En cherchant mieux, j’ai trouvé ICI, une genèse plus approfondie du Capitule de villis. Je cite :
« Genèse du capitulaire : Il aurait été probablement écrit par Alcuin, un des grands scribes du roi des Francs, qui aurait rencontré Charlemagne à Parme en 781 et serait resté à ses côtés de 782 à 790. Il se sépare dumonarque pour séjourner un temps en Angleterre, son pays natal, de 790 à 793.
De retour dans le royaume franc, Alcuin devient abbé de Saint-Martin de Tours en 796 et se fixe à Tours en 801. En 796, Charlemagne l’aurait missionné afin qu’il écrive un texte ayant pour vocation de réglementer la culture des plantes dans ses domaines (villae, villis). Alcuin enseignait la botanique, la pharmaceutique et l’agriculture. Précepteur et conseiller de l’Empereur, il avait dirigé l’Ecole palatine d’Aix-la Chapelle en 782. Il convenait donc parfaitement pour la tâche qui venait de lui être confiée. Au préalable, il a bien évidemment fallu collecter ces plantes, les répertorier et vérifier leurs vertus thérapeutiques, ce qui a demandé beaucoup de temps…. Lire la suite sur le lien pré-cité.

Pourquoi en faire un blabla ? Parce que je me dis que je dois y trouver les plantes de base pour mon jardin en devenir. Un inventaire de ces plantes est disponible ici (clic) de façon bien claire avec leur noms actualisés.

chervis
Chervis (source wikipédia)

En traduction rapide pour celles qui n’ont pas le temps : « Nous voulons que l’on cultive dans le jardin toutes les plantes, à savoir : lis, roses, fenugrec, balsamine, sauge, rue, citronnelle, concombres, citrouilles, gourdes (ou artichauts d’Espagne), doliques (ou mogettes), cumin, romarin, carvi, pois chiche, scille (oignon marin), glaïeul (ou iris), estragon, anis, coloquinte, chicorée amère (ou souci), ammi, séséli (ou chervis), laitue, nigelle, roquette, cresson [de terre], bardane, menthe pouliot, maceron, persil, céleri (ou ache), livèche, sabine, aneth, fenouil, chicorée, dictame, moutarde, sarriette, menthe blanche (ou nasitord), menthe, menthe sauvage, tanaisie, calament (ou cataire ou herbe à chats), grande camomille (ou centaurée), pavot, bette, cabaret, guimauve, mauve, carotte, panais, arroche, blette, chou-rave, chou, oignons, ciboulette, poireau, navet (ou raifort ou radis), échalote, cive, ail, garance, cardon, fève, pois, coriandre, cerfeuil, épure, sclarée. Et que le jardinier ai sur son toit de la joubarbe. »

tanaisie
Tanaisie (source wikipédia)

Dans mon mini-jardin d’apprentie sorcière jardinière, je trouve : menthe, laurier, le basilic (en devenir), thym, sauge, persil, bette, concombre ( à venir), radis, piment, cerfeuil et livèche (en devenir), laitue,  iris , pavots, soucis , mauve.

Pour LA FOURMI  et autres personnes curieuses de la flore, voici un article de blog qui en fin de page décris des plantes plus rarement connues de la liste complète. (clic)
La suite là( re-clic)

Pour en savoir encore plus, vous pouvez lire en ligne, les » EXPLICATIONS DU CAPITULAIRE DE VILLIS » ICI, SUR LE SITE DE GALLICA (clic)

Plein d’articles en attente, mais je suis en vacances, j’avais envie de partager ceci avec vous !

Bonne fin de semaine !

PORC « RICARDO »

Bonjour,

Pour celles qui ne suivent que la partie « Cuisine » , je ne vous oublie pas du tout. Ce n’est pas faute de matière que je ne publie pas de recettes, ni de menus mais c’est une période intense au jardin, beaucoup de va et vient aussi parmi mes amies, des appel de l’Atelier couture, … et du coup, et bien, vous aurez du vous contenter des anciennes recettes, pour celles qui me font l’honneur d’appeler l’ancien blog « Mince je suis Gourmande » leur « Cahier de Recettes. MERCI à elles!

DSC02083Sincèrement, à faire et refaire ! C’est une excellente recette pleine d’atouts , qui a beaucoup plût.
Facile, mijotée, qui se prépare d’avance et éventuellement pour les grandes tablées.

Une amie est venue pour quelques jours et je ne voulais pas passer mon temps en cuisine, donc j’ai préparé  des plats qui pouvaient être cuisiné d’avance et au lieu de me contenter de mes classiques, j’ai eu envie d’innover et j’ai préparé à mes risques et périls,  un « porc barbecue en mijoteuse » du site Ricardo Cuisine . Pas besoin de barbecue pour cette recette. Oui, c’est comme cela ! C’est pourquoi, pour moins de confusion, j’ai nommé la recette « Porc Ricardo ». Avec ma touche, comme d’habitude ^^.

Voici donc ma version, puisque vous avez en lien la recette originale.
Vous pouvez télécharger format PDF et/ou Imprimer les recettes à l’aide du bouton « imprimer » (icône imprimante) avec ou sans photo, avec ou sans commentaire.

Recette à la mijoteuse MAIS je pense que 6 h au four thermostat 140 ° dans uen cocotte en fonte, fera aussi bien. Par contre, ajouter 200 ml d’eau en plus. 

PORC « RICARDO »
Ingrédients:

*Un kilo et demi de rôti de porc sans ficelle, à votre goût ou de l’échine, ou du filet.
* 2 boites 1/2 de concassée de tomates

* 100 ml de ketchup (oui oui oui !!!!) mais j’ai diminué la dose de la recette initiale.
* 4 C à café de sauce Worcestershire
* 60 ml de vinaigre de cidre
* 15 ml de miel ( dans la recette originale, c’est de la mélasse)
* 1 C à soupe de moutarde
* 2 C à soupe de sauce soja
* un oignon haché
* 2 gousse d’ail
* 6 gouttes de tabasco
*Un kilo et demi de rôti de porc sans ficelle, à votre goût ou de l’échine, ou du filet.
* eau : 300 ml

Préparation :

* Mixer tous les ingrédients sauf le porc
*
Saler et poivrer le rôti que vous déposez dans la cocotte avec toute la sauce.

* Couvrir et cuire à chaleur douce pendant environ 8 heures.
* On peut réduire le temps de cuisson à 6 heures en réglant la mijoteuse à chaleur élevée.

DSC02083Mon mari a tellement aimé la sauce, que la viande finie, nous avons mangé le reste de sauce avec du riz, afin de ne pas en perdre une once!

Surtout si vous tester, donnez votre opinion, telle qu’elle soit et si vous voulez aussi, vos photos. Je les posterais à la suite de cet article en le rééditant.

Bons moments avec Patricia.

La semaine dernière, une agréable visite !
Bien qu’en contact quasi quotidien, avec Patricia,  nous ne nous étions pas revue  » en vrai »
depuis 2013 (clic)
Vive le Pont de l’Ascension !

Nous avons Visité Angoulême, bien sûr,  des librairies, des magasins de tissus ( cela vous etonne ? ^^) mais aussi pris le temps dans l’Atelier.

DSC02086 Le fourre tout de gauche est le mien, Patricia a appris à coudre une pochette sans couture apparente et le fourre-tout que je vous proposais dans cet article.
Sans le faire exprès, j’ai trouve les motifs de tissus du tuto originel. Le bouton chiné va bien avec les motifs du tissu, je trouve.

DSC02088

Tissus du magasin « Oasis » d’ Angoulême.
Patricia n’est pas venue les mains vides : jardin mai 16Des tissus,  des boutons, des bobines,des boucles d’oreilles ( je ne sors jamais sans boucles d’oreilles), des dentelles qui viennent de famille, des galons, un filet joyeux tout rose. Le tout dans un sac avec un papillon, vous savez combien j’aime les papillons !
Et ce n’est pas tout !

DSC02101Un échantillon de spécialités du nord.

20160507_160807Douze ans d’Amitié nous lient, vive le net qui permet de belles rencontres !